Le FN en 144 engagements, et 140 signes

Julien Longhi, Université de Cergy-Pontoise

Le 4 février, le Front national (FN) a dévoilé le programme de Marine Le Pen, à travers 144 engagements. Toujours coordonnés et efficaces sur les réseaux sociaux et le web, les différents comptes actifs du parti ont relayé les propositions :

ou

ou encore

 

Ce programme décline la France en un certain nombre d’adjectifs : « libre », « sûre », « prospère », « juste », « fière », « puissante » et « durable ».

Et depuis, ce week-end et lundi notamment, le FN a été bien présent dans les émissions politiques. J’ai choisi de m’intéresser aux passages de Marine, Marion Le Pen et Florian Philippot. Lesquels ont été repris sur les comptes Twitter :

  • Compte de @MLP_officiel avec #LeGrandRDV : 19 tweets
  • Compte de @Marion_M_Le_Pen avec #LeGrandJury : 94 tweets
  • Compte @FN_officiel avec #PolMat qui a relayé le passage de Florian Philippot : 16 tweets

En effet, la communication numérique orchestrée sur ces comptes montre bien que Twitter est un relais quasi exhaustif de la prise de parole médiatique lors de campagnes : les interviews, réactions, etc. sont « live-tweetées » par les community managers des candidats, sur le compte officiel de la personnalité, ou celui du parti.

On est bien loin de la caricature de la réduction de la pensée en 140 signes, que l’on peut entendre de manière récurrente, et ce dimanche même par exemple par Lucas Belvaux dans #cpolitique :

À partir de ce petit corpus (129 tweets), j’ai procédé à une analyse textométrique qui permet de faire émerger les grands thèmes abordés. La figure suivante présente les résultats

J. Longhi/DR

Si la classe 1 regroupe des éléments techniques (# et @), la classe 2 reprend les éléments véhiculés par Marine Le Pen, la classe 3 ceux par Florian Philippot, et les classes 4 et 5 par Marion Maréchal Le Pen.

À partir de ce repérage, nous pouvons détailler la manière dont ces thèmes sont abordés.

Marine Le Pen et la monnaie : la France « libre », « prospère » et « juste »

Le discours de Marine Le Pen reprend les thèmes principaux et habituels du FN, mais elle thématise particulièrement la question de la monnaie :

En plus d’être un argument économique, cette question devient un élément patriotique : une monnaie nationale est pour elle nécessaire pour être un « pays libre ». En outre, elle permettrait à la France de ne plus être une victime :

Avec le terme « chantage », qui place la France en position de victime, le coupable étant implicitement l’Union européenne…

Ce programme monétaire est, en outre, le socle de la justice revendiquée dans le programme :

Pour Florian Philippot, la France « juste » et « sûre »

Florian Philippot a un discours assez large, qui balaye des sujets de politique (comme François Fillon) :

Ce discours lui permet d’aborder aussi d’autres questions, comme la sécurité, ou encore les questions démocratiques plus globales :

Marion Maréchal Le Pen : la France « sûre » et « fière »

De son côté, Marion Maréchal Le Pen a un discours très tranché, qui s’inscrit notamment dans la thématique du peuple contre les élites :

L’exemple de Trump permet de mettre à distance les « élites », et de tirer profit de la fierté du peuple. Ceci justifie également le discours face à l’immigration sous couvert de « sûreté », en associant dans un même temps et sans précautions « ressortissants » et « terrorisme » :

Elle adopte un discours également très incisif envers les « jeunes » :

Et « défend » une certaine image de la jeunesse :

À partir de ce petit corpus, nous pouvons donc examiner la mise en œuvre de la communication du FN autour des propositions de sa candidate : à travers des émissions médiatiques de forte audience, et le relais des séquences les plus fortes sur les réseaux sociaux, les figures emblématiques mettent en musique la partition gérable proposée dans les propositions : « sûreté », « fierté », « liberté », « prospérité », etc., sont mis en discours de manière plus ou moins spécifique (à travers la monnaie par exemple), contextuelle (en lien avec les événements de Bobigny), personnalisée (la question de la jeunesse par Marion Maréchal Le Pen), mais toujours avec une forte cohérence.

Loin de réduire la pensée, la communication sur les médias sociaux, sur Twitter en particulier, est d’une grande force et efficacité. Ne pas en tenir compte, c’est s’exposer à des effets de « bulles » médiatiques et ne pas mesurer l’impact de ces « données » sociales sur les processus électoraux.

L’application #Idéo2017 proposera prochainement des manières de mieux percevoir et appréhender ces stratégies, et ce chez l’ensemble des candidats à l’élection présidentielle.

The Conversation

Julien Longhi, Professeur des universités en sciences du langage, Université de Cergy-Pontoise

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Emmanuel Macron and Twitter: how France’s leading presidential candidate is building a narrative

Julien Longhi, Université de Cergy-Pontoise

With France now in the full swing of its presidential campaign, the importance for each politician to have a compelling narrative has never been clearer.

This is particularly true for Emmanuel Macron, former finance minister, who has been working to build a national following outside of the country’s two mainstream political parties. While he served in the Socialist government of outgoing president François Hollande, he was never a member of the party, nor of the opposing Républicains. His August resignation sparked rumours of a presidential bid, and he finally declared his candidacy in November as the leader of his own political movement, called “En Marche!” (Forward!).

The concept that stories, not ideas, drive voters’ decisions found their way to France by way of a 2007 book by Christian Salmon, “Storytelling: The Machine for Creating Ideas and Forming Minds” and subsequently spread to political commentators. While the borrowed-from-English term “storytelling” is sometimes used here to describe routine political communications, the importance for candidates to create a narrative was understood, and Macron has taken the lesson to heart.

Macron has been called a “catch-all candidate” but it’s one thing to attract interest from across the political spectrum and another to win France’s highest office. What’s required is a communications narrative that brings it all together, and Macron has been working assiduously to build one.

We and us

To better understand narratives within the shifting range of political campaigns in France – from actions taken before candidacies are even declared into the primaries themselves and beyond – our research team developed a Twitter analysis methodology as part of the project #Idéo2017. In particular, we used the software program Tropes, which allows us to describe the style of a body of text – or tweets, in this case.

Our work focused on 500 tweets published by Emmanuel Macron’s account (@EmmanuelMacron) up to January 20, 2016. Summed up, the results are:

  • Narrative: the tweets tell a story at a particular moment in time and in a specific place

Digging deeper into the tweets, the word “we” is particularly present. A comparison with the tweets from the account of François Fillon (@francoisfillon, candidate of the centre-righ Les Républicains, highlights the importance of “us” in Emmanuel Macron’s narrative. For example:

Here, “We need Europe” followed by “Europe makes us bigger and makes us stronger”. This is sometimes combined with “you”, bringing readers into the narrative:

“The spring will be ours”, Macron tweets, a reference to the upcoming May election. “You will triumph for our ideas”.

Macron’s narrative falls within a framework of continuous movement, embodied in the very name of Macron’s policial group, “En marche!”, which I analysed earlier.

We combine the use of “we” and the feeling of a political movement being “set in motion” with the themes being evoked to better understand the narrative Macron and his team are working to build. This emerges visually on the word cloud extracted from within the body of tweets:

The most common words – “Europe”, “France”, “French”, “country” – are combined elements that evoke the physical context of the story being told (“enmarchebordeaux”, “macronlille”, “macronclermont”) and supported by more programmatic elements (“work”, “revolution”, “health”).

Characters, scenery and a man of action

This is further elaborated on the following graphic, which highlights Macron’s major themes:

The two central columns concern Europe (column 1, with verbs like “take”, “act”, “render”, “re-create”) and France (column 2, with terms such as “project”, “emancipation”, “build”) and have the greatest lexical proximity. Thus, the narrative being proposed to French citizens links them to Europe, through which the changes and proposals largely pass.

By analysing the relationships between categories, it is possible to separate elements within the tweets between those that take action and those that are acted upon: “Macron” and “enmarche” (his party) are change agents, while “Europe”, “French”, “nation”, “project”, or “work” are being acted upon. This acting-on/acted-upon dynamic can be seen in the following tweets:

Marcron tweets: “I want unemployment protection to become a universal protection.” Another example follows: “Because I’m the candidate of those who work, I want to simplify the regulations for those who create and innovate.

Or in this tweet:

Here Macron writes, among other things: “Today I defend one sovereign Europe, one Europe that unites its people.” Linguistically, the connection of action to politics is explicit.

Creating the narrative thread

A cloud of words in category 4, relating to Macron’s proposed political program, brings this home:

Many of the terms relate to employment and the economy, as well as the actors within these themes – “employee”, “company”, “student”). Within these tweets, Macron does the following:

  • Sketches out a landscape (France and more generally Europe) that itself requires certain postures and actions;
  • Places himself as the active player within the setting who is the driving force of action;
  • Interacts with a range of others, performing actions generated by the narrative thread.

While some recent polls show Macron as one of the leading candidates – particularly as François Fillon’s difficulties worsen – it’s hard to say how this might play out in the election itself, particularly given recent polling difficulties in other countries.

In his campaign for presidency of France, Macron is very much developing a narrative, with a range of tools widely used today in storytelling. And the psychological and cultural dimensions of the narrative – familiar stories, persuasiveness, projection and emotion – help explain its current success.

The Conversation

Julien Longhi, Professeur des universités en sciences du langage, Université de Cergy-Pontoise

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Ce que vous pensez de l’affaire Fillon selon que vous employez #PenelopeGate ou #FillonGate

Article initialement paru dans le Huffington Post

Les réseaux sociaux donnent accès à une abondante production de commentaires à propos des événements qui entourent François Fillon. Dans ce cas, deux fils de messages sont concurrents sur Twitter (même si des messages s’inscrivent dans les deux) : #Fillongate, et #Pénélopegate. Il serait déjà probablement intéressant de s’intéresser à la dysmétrie introduite entre « Fillon » et « Pénélope » (et pourquoi pas « François » et « Pénélope », mais ce n’est pas l’objet de ce billet).

Pour essayer de tirer des informations de ces fils de messages, nous avons extrait (dans le cadre du projet #Idéo2017) les 17045 tweets/retweets de #Fillongate entre le 04/02 et le 06/02 d’un côté, et les 15587 tweets/retweets de #Penelopegate 04/02 et 06/02.

L’analyse des formes utilisées dans ces deux corpus ne semble pas très différente en apparence :

Macintosh HD:Users:julien:Desktop:Capture d'écran 2017-02-06 à 14.08.33.png Macintosh HD:Users:julien:Desktop:Capture d'écran 2017-02-06 à 14.11.18.png

Formes dans le corpus #Fillongate Formes dans le corpus #Penelopegate

Dans les deux cas, le terme « affaire » est employé, qui dans ce cas a le sens de « scandale ». Mais si on cherche ce qui distingue ces deux corpus, on entrevoit deux lectures légèrement différentes de cette affaire.

Le #Penelopegate: du bénévolat à la théorie du complot

Dans le cas du #Penelopegate, deux éléments se distinguent: le recours à l’ambigramme, et l’usage de « Macron ».

Concernant l’ambigramme, ce tweet nous explique ce dont il s’agit :

 

Ceci donne une existence ludique à l’association entre « Pénélope » et « Bénévole ». Bien que ludique, cette association a du sens dans le corpus: un travail bénévole n’est pas rémunéré, or Pénélope Fillon est accusée de ne pas avoir travaillé, mais d’avoir reçu une rémunération. L’ambigramme n’est donc pas gratuit, mais il s’appuie sur un processus à la fois formel, et sémantique. Ceci explique son succès, et la portée qu’il obtient dans ce corpus.

L’association construite avec Emmanuel Macron est également intéressante. Si on regarde les références utilisées et leur articulation autour de « Macron », on obtient un schéma éclairant sur l’affaire :

Et qui s’explique par des tweets tels que celui-ci :

On y trouve alors associés des catégories comme « pouvoir », « collusion », « défaillance », « abomination », ou « conspiration ». La teneur de cette association est donc de dénoncer un complot.

On trouve donc dans ce corpus deux attitudes distinctes: la mise en valeur de l’affaire par l’association au bénévolat, ou sa minoration par une théorie du complot.

Le #Fillongate: la condamnation d’un délit

Dans ce corpus, la référence au « Délit » est beaucoup plus présente:

et articule à la fois des éléments généraux (« citoyens », « France », « parti_politique », « homme_politique ») mais aussi des choses qui pointent déjà l’interprétation de l’affaire (« système », « déloyauté », « média »).

La manière dont les tweetos s’inscrivent dans cette thématique est très variable.

Par exemple :

avec « caisse noire »

avec « racaille »

avec « vraies racailles »

On voit donc une forte prise de position avec un vocabulaire marqué pour dénoncer le délit. Mais on voit également comment les twittos détournent en partie le vocabulaire qui peut être utilisé par la classe politique, pour pointer le paradoxe existant entre leurs jugements et accusations, et ceux que l’on peut finalement porter sur eux. Ce corpus se distingue donc du précédent, en ce qu’il se concentre plus sur la nature de l’affaire, et son interprétation politique.

Mais les mêmes conséquences: la demande de transparence

Les messages produits dans ces deux fils donnent assurément un fort écho au besoin de « transparence », ce qui explique le succès de ce tweet donc l’efficacité ressort dans le corpus :

Dans les deux #gate finalement, c’est une vie politique plus transparente qui est souhaitée.

Le discours d’Emmanuel Macron, construction d’un storytelling

Julien Longhi, Université de Cergy-Pontoise

« L’avenir de la nation et du monde dépend de la capacité des citoyens américains à choisir les bonnes histoires. […] c’est la bataille des histoires, et non le débat sur des idées, qui détermine comment les Américains vont réagir à une compétition présidentielle. Ces récits habiles sont la principale forme d’échange de notre vie publique, ils constituent la monnaie de la politique américaine. »

C’est ce qu’affirme Evan Cornog, professeur de journalisme à l’université de Columbia, à propos des élections américaines.

Cette dimension narrative a été popularisée en France grâce notamment à Christian Salmon, et s’est ensuite diffusée auprès des commentateurs politiques, (qui en abusent parfois, qualifiant de « storytelling » des points de communication très peu concernés par la narrativité).

Le « je » et le « nous »

Pour rendre compte des diverses campagnes politiques en cours (primaires, campagne des candidats déjà déclarés), nous élaborons une méthodologie d’analyse, dans le cadre du projet #Idéo2017, qui s’appuie sur différentes fonctionnalités de logiciels existant pour analyser les tweets de compte politiques. En utilisant le Tropes, nous pouvons décrire le style d’un corpus.

En nous attachant à un recueil de 500 tweets publiés par le compte d’Emmanuel Macron (500 tweets extraits au 20 janvier), nous obtenons le résultat suivant :

  • Style plutôt narratif : raconte un récit, à un moment donné, en un certain lieu.
  • Mise en scène : dynamique, action. Prise en charge à l’aide du « Je ».

En regardant les éléments saillants dans ce corpus, le « nous » semble également particulièrement présent. Pour savoir s’il ne s’agit pas d’un trait commun aux tweets politiques de candidats, j’ai comparé avec un corpus de tweets de François Fillon. Cette comparaison fait ressortir l’importance du « nous » chez Emmanuel Macron. Par exemple :

et parfois combiné au « vous » :

Ce récit s’inscrit dans un cadre de mouvement/déplacement, bien retranscrit par le nom même de « En marche ! », que j’avais déjà analysé précédemment.

Pris dans la dynamique du « nous » et du sentiment de « mise en marche », différents thèmes sont alors combinés, comme autant d’éléments narratifs dans le storytelling constitué. Ceci ressort visuellement sur le nuage de mots constitué à partir de ce corpus :

.

Les mots les plus fréquents – « Europe », « France, « français », « pays » – sont pris entre les éléments contextuels du récit (« enmarchebordeaux », « macronlille », « enmarche.fr », « macronclermont »), et étayés par des éléments plus programmatiques (« travail », « révolution », « santé »).

Les personnages, le décor, les actions

Ceci se dessine davantage encore sur le graphique suivant, qui permet de faire émerger les grandes thématiques convoquées par le candidat :

Les classes lexicales 1 et 2 concernent en effet l’Europe (avec des verbes comme « prendre (risque) », « agir », « rendre », « recréer ») et la France (avec des termes comme « projet », « émancipation », « construire », « venir », « porter »), et sont deux classes ayant une certaine proximité. Le récit proposé aux Français est donc lié à l’Europe, et les changements et propositions passent largement par l’Europe.

Grâce à une analyse des relations entre les catégories dans le logiciel Tropes, il est possible de caractériser les catégories employées dans les tweets, mais préciser également si elles sont des « actants », ou des « actés » (agent de l’action, patient/objet de l’action). Il ressort que les catégories « Macron » et « enmarche » sont des actants, alors qu’« Europe », « français », « nation », « projet », ou « travail », sont des actés.

La dimension dynamique engagée par le lexique, le nom du mouvement, se retrouve aussi dans la répartition des rôles dans le récit : le protagoniste (le candidat) ne subit pas l’action, mais est l’acteur des actions. On le voit dans les tweets suivants :

ou

ou encore

On reconnaît linguistiquement une dimension active et volontariste de l’action politique.

Il est également notable qu’Emmanuel Macron aborde concrètement une pluralité de sujets dans la classe 4 repérée plus haut, que l’on pourrait considérer comme la catégorie programmatique, qui s’appuie sur les classes narratives autour de la France et de l’Europe.

La trame narrative

Le nuage de mots de cette catégorie est d’ailleurs probant :

On y trouve de nombreux termes liés à l’emploi et à l’économie, ainsi que les acteurs de ces thématiques (salarié, entreprise, étudiant).
Tout se passe comme si le candidat Macron :

  • esquissait un décor qui motive de lui-même une certaine posture et certaines actions (la France et de manière plus générale d’Europe) ;
  • occupait dans ce décor un rôle actif, qui constitue le moteur de l’action (avec des verbes et des substantifs qui renvoient à l’action, au changement, etc.) ;
  • participait à des actions riches en interactants, et en actions générées par le fil narratif.

Alors que certains sondages créditent Emmanuel Macron d’intentions de vote assez conséquentes, et que certains commentateurs s’étonnent de cette « bulle » sondagière, il est intéressant de constater que ce candidat se démarque également par sa stratégie narrative, repérable même dans ses tweets : usage du « je » et du « nous », mise en scène d’un « décor » constitué par la France et l’Europe, utilisation d’éléments lexicaux comme autant de composants du récit constitué, rôle d’acteur vis-à-vis des sujets politiques qui sont des « actés ».

Il élabore en effet une communication narrative, qui met à profit différents ressorts utilisés aujourd’hui dans le storytelling. Cette forme narrative de communication entre, en outre, en adéquation avec des dimensions psychologiques et culturelles (familiarité des histoires, pouvoir de conviction par le recours à une forme d’intelligence narrative, projection et émotion), ce qui contribue à expliquer son succès actuel.

The Conversation

Julien Longhi, Professeur des universités en sciences du langage, Université de Cergy-Pontoise

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Pour Valls, Montebourg et Hamon, le mot « travail » ne veut pas exactement dire la même chose

Article initialement publié dans le Huffington Post

Au cours de la primaire de gauche, la conception du travail des candidats, à travers notamment celle du revenu universel, a pris une place importante. Ceci était déjà perceptible dans une précédente étude, réalisée sur les tweets des comptes des candidats à la primaire de gauche du 31/12/2016 au 6/01/2017 où on voyait notamment que ce thème était particulièrement abordé par Benoit Hamon.

Macintosh HD:Users:julien:Dropbox:#Idéo:primaire de gauche:travail.png

Ceci est toujours très perceptible dans ses récentes prises de parole:

– sur la mise en place :

 

 

– sur le travail comme objet à « partager » :

 

– ou sur les mutations du travail :

 

Ce candidat connaît une percée notable dans les sondages, et sur cette question, une grande partie des débats et controverses concerne moins la faisabilité de cette mesure, ou son coût, que la question des valeurs, et même du sens, attribués au mot « travail ». Ceci s’est d’ailleurs ressenti lors du 3ème débat qui a eu lieu le 19 janvier.

Les sens de « travail » en débat

Lorsque des mots sont en débat, un réflexe courant est de se référer au dictionnaire. En cherchant dans le TLFI (Trésor de la langue française informatisé), on obtient :

Activité humaine exigeant un effort soutenu, qui vise à la modification des éléments naturels, à la création et/ou à la production de nouvelles choses, de nouvelles idées.

Ou encore

Activités ou ensemble d’activités utiles qu’il est nécessaire d’accomplir

Activité contraignante qui occupe

Si « le recours au dictionnaire est souvent l’occasion d’une confirmation – plus rarement d’une problématisation – des représentations du sens commun« , on comprend donc que les aspects d’effort, d’utilité, ou de contrainte, sont souvent associées à ce mot.

D’ailleurs ceci est généralement motivé par le recours à l’étymologie, qui sert souvent à justifier tel ou tel argument.

L’étymologie à prendre avec discernement

Ce retour à l’étymologie est à considérer de manière sérieuse et raisonnée. En effet, la langue évolue, les sens s’enrichissent, se perdent, les langues entrent en contact, le monde change, etc. Pour « travail », mon collègue Franck Lebas s’est penché sur ce qu’il nomme « L’arnaque de l’étymologie du mot ‘travail' ».

A propos de l’étymologie de « travail » qui dériverait du latin « Trepalium », instrument de torture, il écrit :

Cette hypothèse permet de conforter l’idée selon laquelle le travail serait, intrinsèquement, une souffrance, voire un supplice. Cette interprétation linguistique est aussi exploitée par certaines organisations qui stigmatisent le travail vu comme une activité rémunératrice mais pénible, pour valoriser les activités qui procurent de la satisfaction et qui, elles, appartiennent à la sphère des loisirs, de l’utilité sociale, etc. Ces raisonnements sur l’histoire des mots sont doublement frauduleux : ils tentent, d’une part, d’essentialiser une dimension de l’organisation sociale, pour mieux discréditer les idées progressistes. D’autre part, ils alimentent une idée reçue sur le langage, selon laquelle les sources anciennes des mots touchent à la « vérité » des choses.

Il ajoute même qu’il est de « construire, dans le cadre de ces démarches purement idéologiques, de faux parcours étymologiques », ce qui est arrivé au mot travail.

Il ajoute que le « passage du latin tripalium à l’ancien français travaillier, proche ancêtre du verbe moderne travailler, via un verbe hypothétique *tripaliare, est hautement improbable »:

Cette hypothèse autour de tripalium a déjà été contestée, par d’éminents linguistes, dont Émile Littré et Michel Bréal, qui ont privilégié l’influence d’un autre étymon, le latin trabs qui signifie « poutre » et qui a généré entraver. L’idée est que la notion de souffrance, qu’on décèle dans beaucoup d’emplois du mot travail dès son apparition au XIIème siècle, exprimerait ce que ressent l’animal quand on l’entrave (on immobilisait les animaux afin de soigner une blessure ou de les ferrer, par exemple).

Mon propos n’est pas ici de contribuer à l’étude étymologique de ce mot. Ce détour permet néanmoins de considérer le mot « travail » comme un terme moins stablement rattaché à un imaginaire spécifique, et plus enclin à être mis en discussion. C’est notamment ce qui est à l’œuvre dans les débats autour du revenu universel. En effet, tout comme le travail fatigue, est pénible, est contraignant, il est également admis, dans le stock de stéréotypes attachés linguistiquement à ce mot, que le travail rapporte de l’argent. Or, l’idée d’un revenu universel contribue à disjoindre le travail et le revenu. Ceci est donc considéré comme problématique, car allant à l’encontre du sens attribué, voire de notre sentiment linguistique. Les positions divergentes de certains candidats à la primaire de gauche contribue au débat.

3 positions différents sur le travail pour Montebourg, Hamon et Valls

En regardant sur le site d’Arnaud Montebourg, on peut lire des propositions telles que :

« C’est une garantie pour tous d’accéder à un contrat de travail, d’activité, ou de formation. C’est la société des trois contrats destinée à éradiquer le chômage de masse. »

« Le contrat de travail sera sécurisé, rendant toute sa place au CDI »

« Apprivoiser la révolution numérique, c’est amener les plateformes à assumer la protection sociale de leurs salariés qui sont aujourd’hui faussement indépendants. A nous de faire émerger une société de travailleurs autonomes avec une protection sociale et un revenu décent et de contribuer à la libération par le travail et non pas l’apparition d’un esclavage numérique en transformant les entrepreneurs en serfs »

Il est intéressant que ce candidat, identifié comme plutôt à la gauche du PS, rattache le travail au « contrat » et à la « protection sociale ». Il s’agit alors d’une vision très administrative du travail, dont la nature même de l’ouvrage est mise au second plan au profit de l’appareil qui entoure sa mise en œuvre.

Chez Benoît Hamon, les choses sont différentes:

Parce qu’il est trop souvent synonyme de souffrance et de perte de sens, nous voulons refonder notre rapport au travail. Nous défendons un travail choisi et non plus subi, un travail partagé et dont la valeur dépasse la seule contribution au PIB. C’est ainsi que nous répondrons au défi de la raréfaction du travail et de la révolution numérique. Nous voulons en finir avec la précarité, et donner la possibilité à tous de s’émanciper et de s’engager librement dans l’activité qui répond à ses aspirations. C’est pourquoi nous créerons le Revenu Universel d’Existence, protection sociale du XXIème siècle.

On lit même en filigrane une critique du sens commun rattaché au travail: la remotivation positive du sens de travail passe alors par une refondation du rapport au travail. Ceci étaye l’idée qu’au-delà de leur aspect dictionnairique, le sens des mots est largement guidé par les rapports que nous entretenons avec eux. Benoît Hamon se livre donc à une redéfinition du mot, à travers la définition d’un nouveau lexique associé (raréfaction, partage, aspirations). C’est finalement une version positive et émancipatrice du travail, différente de celle, contractuelle et plus concrète, d’Arnaud Montebourg.

Enfin, de son côté, Manuel Valls a une vision plus globale, voire politicienne, du travail :

Je veux une société du travail. C’est pourquoi ma priorité est la lutte contre le chômage.

Bâtir une protection sociale universelle qui comble l’écart entre les travailleurs indépendants, artisans, commerçants et les salariés.

Revaloriser le travail, c’est d’abord mieux le rémunérer, donner des marges de manœuvre aux travailleurs qui se sentent souvent étranglés dès le début du mois.

Le travail est en effet considéré du point de vue collectif et économique (société, chômage, écart entre les travailleurs, rémunérations), et accompagné d’intentions (« je veux », rôle des infinitifs, etc.).

On le sait, les mots sont souvent au centre des débats, et derrière eux, ce sont les valeurs, les symboles, ou les habitudes, qui sont véhiculées. En mobilisant un terme qui bénéficie d’un sens commun fortement institué, rattaché à un itinéraire étymologique contestable mais bien souvent admis, certains candidats en font un enjeu de campagne : derrière la bataille politique, se joue une bataille sémantique.

Primaire à gauche : les tweets de quatre candidats décortiqués

LE CERCLE – Julien Longhi, linguiste, a analysé les messages postés sur Twitter par les candidats de la primaire de la gauche.

17 minutes chacun pour convaincre. Les candidats de  la primaire de la gauche débattront pour la première fois ce jeudi 12 janvier à 21 heures, sur TF1, LCI, Public Sénat et RTL. Ils n’ont pas attendu le début du sprint télévisé pour décliner leur programme sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, Vincent Peillon, Manuel Valls, Benoît Hamon et Arnaud Montebourg notamment, sont déjà passés à l’offensive. Une analyse lexicale fait ressortir leurs sujets de prédilection ainsi que leur vision de l’action publique.

1. Vincent Peillon : «devoir» et «pouvoir» avec l’Europe

Dans les tweets de Peillon, «devoir», «pouvoir» et «européen» sont particulièrement saillants. On peut ainsi caractériser son discours comme lié à une nécessité à laquelle la France est confrontée, et une possibilité d’action qu’il propose. Avec par exemple «Les Français doivent prendre la mesure des défis auxquels nous devons faire face avec courage et force #peillon2017″, il met les électeurs devant une nécessité de réaction.

Ce «devoir» est parfois même combiné au «pouvoir», comme dans «La France peut et doit gagner la bataille de l’intelligence #peillon2017». Il y a donc avec ces deux modalités, celle du «devoir» et celle du «pouvoir», une vision active de l’action politique, une nécessité qui s’impose, et l’incarnation par le candidat d’une solution. Ceci passe notamment par un discours important sur l’Europe.

 

2. Manuel Valls, «vouloir» pour la «République» et la France, «faire gagner la gauche»

En effet, ce candidat se distingue par l’emploi de «vouloir». Ceci signifie qu’il y a une implication personnelle du candidat, une intention, un projet, qui est différente de la capacité ou de la nécessité utilisée par Peillon. Ce projet concerne à la fois la France, et la République.

Il affirme une volonté politique pour la France et les Français : «Je veux que la France, que les Français reprennent pleinement leur destin en main !» ou «La République forte, celle qui tient ses promesses, c’est le chemin vers une France plus juste. #Valls2017». On voit que «République » n’est jamais loin de France. Mais stratégiquement, cette volonté pour la France et la République est mise au service de la victoire de la gauche.

Puisque «gagner» concerne la gauche : «Faire gagner la gauche, c’est pour moi faire gagner la France. #LEmissionPolitique #Valls2017» ou «Je suis au coeur des progressistes. Je veux convaincre et faire gagner la gauche à la présidentielle. #LEmissionPolitique #Valls2017». Se dessine donc un profil de Valls plutôt habile : prise de hauteur avec une volonté pour la France, mais prise en compte de la base d’électeurs de la primaire, avec la valorisation de la gauche par la victoire.

3. Benoît Hamon, du «social» et du «travail»

Ce candidat incarne lexicalement l’aile gauche du PS, avec le recours à social et travail. Le social est essentiellement lié à la question du revenu universel, et donc du travail : «Le #RevenuUniversel est la protection sociale de demain, la raréfaction du travail rend le système actuel obsolète» ou «#RevenuUniversel, renouveau démocratique et justice sociale attirent ce soir encore beaucoup de monde à #Bizanos » par exemple.

Ceci est très différent de l’usage de social par Manuel Valls par exemple, où il est question de « modèle social ». Il affirme donc une vision radicalement différente du travaill : «Sans partage organisé du temps de travail, nous ne parviendrons pas à lutter contre le chômage ou le burn out», liée à des questions sociales larges (qualité de vie, questions médicales).

4. Arnaud Montebourg en embuscade sur le travail

Si Hamon truste la question du travail, Arnaud Montebourg essaye néanmoins d’en faire son sujet de prédilection, comme dans «Je suis le candidat du travail, et de la fiche de paie. Je baisserai la CSG pour les salaires inférieurs à 2000 euros #PouvoirDachat». Cependant, son profil est moins fort sur ce terme car il l’investit de manière plus hétérogène, et sans le corréler directement à d’autres termes-clés, comme «social » pour Hamon.

Finalement, ce sont trois grands pôles qui se distinguent : celui de la nécessité et de la possibilité avec Peillon, dans une approche européenne ; celui de la volonté pour la France dans une perspective de victoire de la gauche pour Valls ; celui de changement de paradigme du travail et du social pour Hamon, dont le discours sur ce sujet semble plus audible que celui de Montebourg (grâce au maillage avec le revenu universel et le social).

Voilà pourquoi vous sentez parfois un air de famille entre les discours de François Fillon et du FN

Article initialement publié dans le Huffington Post

« Ce qui risque de fracturer la droite, c’est les prises de position successives de membres de l’extrême droite, anciens membres du FN, pour la candidature de François Fillon ». Cette citation d’Alain Juppé, certes celle d’un concurrent de François Fillon entre les deux tours de la primaire de droite, étaye l’idée d’une proximité possible entre des points du programme du candidat des Républicains et celui du FN.

L’article constate également que « plusieurs sites de la « fachosphère » ont cherché, à des degrés divers, à favoriser la candidature du Sarthois », comme Fdesouche ou Le salon beige. Le journal Minute avait « affirmé il y a quelques semaines qu’il se prononcerait en faveur de M. Fillon en cas de qualification au second tour. Qu’importe que ce dernier puisse manger une partie de l’électorat de Marine Le Pen ».

Cette tribune n’a bien sûr pas comme objectif de comparer François Fillon à Marine Le Pen, ni d’associer les programmes de l’un et de l’autre. Il s’agit plutôt de voir concrètement si cette proximité avec le FN se voit linguistiquement, et s’il est pertinent de parler d’une telle proximité.

L’animation du lexique: du thème « terrorisme » au profil national

Cette étude porte sur l’ensemble des tweets issus des comptes des candidat-e-s à la primaire de droite, sur le mois avant le premier tour de la campagne. Elle mesure différentiellement le vocabulaire des différents candidats, et fait ressortir ce qui est distinctif de tel ou tel candidat (ceci est un des enjeux du projet #Idéo2017). L’objectif est de passer du relevé d’un vocabulaire particulier, à des thèmes de discours.

En analysant les termes caractéristiques de François Fillon, on observe des spécificités autour des termes « totalitarisme », « redressement », « nationalité » et « liberté ». Ceci permet de retranscrire plus spécifiquement l’association parfois faite avec le FN:

 

 

Voici quelques exemples:

  • RT @Nico_Roy: « Il y a un nouveau totalitarisme, comme le nazisme, qui se pare des couleurs de l’Islam. » @FrancoisFillon #Toulouse
  • RT @Isabelle_92: Énormément de monde pour la séance dédicace de @FrancoisFillon pour #Vaincre le totalitarisme islamique @Fillon2017_fr @Fi…
  • RT @PaulVary: « Il faut une alliance mondiale pour combattre le totalitarisme islamique » @FrancoisFillon #Fillon2017 https://t.co/VgZXBlj4NP
  • Face au totalitarisme islamique, il faut une coalition mondiale pour l’éradiquer. Il faut parler avec la Russie.
  • RT @FillonFrance: Il faut rétablir l’autorité de l’Etat. Ce sera, avec l’objectif de plein emploi, ma première priorité. @FrancoisFillon #F…
  • Depuis longtemps, je dis qu’il faut faire face au risque d’une guerre mondiale provoquée par le totalitarisme islamique. #PalaisDesCongrès

A cela s’ajoutent 5 occurrences de « totalitaire », telles que:

  • RT @catherinemangin: @FrancoisFillon #LeGrandJury redoute un mouvement politique totalitaire mondial issu de l’islam radical

On perçoit donc bien le ciblage qui est fait de l’islam/islamisme, avec beaucoup de co-occurrences de « totalitarisme islamique ». On peut lire une manière de caractériser l’islam assez proche de l’élément « islam radical » employé par les cadres du FN (avec une rubrique dédiée sur leur site).

François Fillon se distingue également de ses anciens concurrents par l’usage de « nationalité »:

 

 

 

Cet usage est particulier car en retournant au corpus on trouve des tweets comme:

  • #Terrorisme Ceux qui ont pris les armes contre leur pays doivent être déchus de la nationalité française. #19hRuthElkrief
  • #terrorisme Quand on combat contre son pays, on doit perdre la nationalité de ce pays. #LEmissionPolitique
  • Je veux retirer la nationalité française à tous ceux partis combattre contre nous en Syrie ou Irak.

On trouve donc « déchus de la nationalité », « perdre la nationalité et « retirer la nationalité ». La question nationale est également présente autour de la question du « redressement »:

 

 

En effet, on repère beaucoup d’emplois de « redressement national »:

  • RT @P_Beaudouin: @FrancoisFillon: « Je suis le seul vote utile car je suis le seul à proposer un projet de redressement national »
  • RT @Fillon2017_fr: Les porte-paroles de @FrancoisFillon mobilisés partout en France pour gagner la bataille du redressement national. #Fil…
  • RT @BrunoRetailleau: -@FrancoisFillon a fait le meilleur diagnostic et a les meilleurs remèdes. Il est l’homme du redressement national. @F…

La question nationale est donc éclairante pour l’étude de l’idéologie de François Fillon: la nationalité peut se perdre, elle se mérite, et il est présupposé un état antérieur de meilleure qualité qui n’est plus, ce qui nécessite un « redressement ».

« National »… mais libéral

Ce qui distingue également François Fillon, c’est sa vision du travail, qui va de pair avec la question de la liberté:

  • Si on ne travaille pas plus on ne pourra pas redresser la situation. C’est la clé du redressement. #LeGrandJury

La « liberté » est très caractéristique de son discours:

 

 

On trouve notamment un discours à l’encontre de l’état, comme dans ce tweet:

  • RT @mcamilleri: @FrancoisFillon: « tous les Français me l’ont dit: que l’Etat arrête de nous emmerder! » #Liberté #Enghien @Fillon2017_fr…

C’est peut-être ce qui le distingue de la ligne du Front National: en effet, si le terme « liberté » est également un terme saillant du discours frontiste, il concerne au premier plan la liberté de la France vis-à-vis de l’Europe. L’Etat protecteur est en effet en général valorisé par le FN. Dans le discours de François Fillon, la liberté est valorisée en tant que telle, comme valeur, alors qu’elle est plus controversée dans le discours frontiste (la liberté est mise en valeur, mais pas forcément le fait d’être libre, comme je l’avais montré dans une analyse des discours de Jean-Marie Le Pen).

D’un lexique partagé à un air de famille

A la fin de cette petite étude, nous pouvons conclure que les amalgames qui associent François Fillon et le FN sont un peu hâtifs. Néanmoins il se dégage un air de famille lexical, par l’emploi des termes distinctifs « totalitarisme » associé à « islamique », « redressement », « nationalité » et « liberté ». François Fillon investit donc des termes habituellement utilisés par le FN, ce qui peut expliquer son succès (puisque ces thèmes favorisent électoralement le FN).

En retournant au corpus, on constate que les usages de ces termes construisent des thèmes forts dans le discours de François Fillon: l’opposition à l’islamisme (vu comme totalitarisme), la construction de la nationalité et de la nation selon une vision qualitative (avec la question du redressement et de la perte, qui présuppose un état négatif qu’il faut revaloriser).

C’est sur son libéralisme que François Fillon se distingue du FN: s’il partage l’emploi du terme « liberté », il n’en partage pas forcément le sens. Il parle des libertés individuelles des Français, et en particulier des travailleurs, face à l’état, alors que le Front National thématise traditionnellement la liberté de la nation française contre l’Europe (la liberté dans un sens collectif donc, alors que François Fillon la développe davantage selon un certain individualisme).

François Hollande, des vœux au futur antérieur

Julien Longhi, Université de Cergy-Pontoise

Abondamment commentés, les derniers vœux de François Hollande ont été interprétés au choix comme des avertissements, ou comme une sortie soignée. En comparant son discours à celui de l’an dernier, on observe de nettes différences qui sont instructives pour comprendre les motivations de ces messages.

Afficher une certaine proximité

Une analyse menée avec le logiciel Tropes indique que le discours du 31 décembre 2015 présentait un « style plutôt argumentatif » avec une « mise en scène du type dynamique, action », et notamment une « prise en charge à l’aide du je ». Le discours de 2016 a un style « plutôt énonciatif », « qui établit un rapport d’influence, un point de vue ».

Cette distinction entre « argumentatif » et « énonciatif » permet de faire émerger les intentions de communication des deux discours : si les vœux de 2015 brouillent la « frontière entre les vœux et les autres allocutions politiques », on peut peut-être considérer ces derniers vœux comme une prise de distance vis-à-vis de l’argumentation politicienne, pour devenir une occasion de mettre en scène une certaine identité présidentielle, afin de viser le futur dans la constitution d’une image valorisée.

Les instructions du Président

Ceci est également visible dans le recours aux verbes performatifs, qui « expriment un acte par le langage » : en 2015, ils représentaient 0,5 % des verbes utilisés, alors qu’en 2016 cette proportion grimpe à 4,1 % du total. Certes, l’ordre de grandeur rend la comparaison difficile à fiabiliser, mais en corrélant cette mesure à la présence des pronoms personnels, on peut en tirer quelques interprétations :

Author provided

Ainsi, une nette différence apparaît dans la manière dont François Hollande s’adresse aux Français : en 2015, il s’inclut dans un collectif alors qu’en 2016 il s’adresse à eux. Le chef de l’État leur livre, en quelque sorte, un message à retenir, des instructions, et se confère un statut différent.

La dernière allocution de François Hollande a également une tonalité beaucoup moins émotive : en 2015, la catégorie « sentiment » était la deuxième détectée par le logiciel, avec des expressions telles que : « l’horreur avec les actes de guerre perpétrés à Saint-Denis et à Paris », les « familles plongées dans le chagrin », les « blessés atteints dans leur chair », « notre compassion et notre affection », des « compatriotes en détresse ».

« Confiance et espérance »

L’année 2016 aura également connu de nombreux drames et événements, mais le président mobilise moins cette catégorie (classée en quatrième position), et il adresse des messages plus larges, parlant notamment de « confiance », d’« espérance », de « bien-être ».

Ainsi, les vœux de 2015 s’attachaient largement à exprimer des actions, et articulaient des événements et des messages politiques, donnant une image volontariste et active de la politique. Cela se voit sur la représentation des verbes qui induisent des actions (verbes factifs, qui représentent plus de 54 % des verbes) :

Author provided

En revanche, ceux de 2016 s’attachent plus à construire une image de Président qui délivre un message, « performe » et vise le futur. Un futur qui n’est pas directement contextuel et événementiel, mais plus humaniste et général :

Author provided

Cette évolution rejoint la problématique de l’ethos, qui permet de cerner de manière discursive la question de l’identité politique : l’analyse de Jaubert et Mayaffre sur la transformation de François Hollande en lien avec son « humour légendaire » montre « des recoupements mais aussi des écarts entre ethos préalable et ethos construit, entre ethos construit et ethos validé ».

Dans les vœux de 2016, on perçoit bien une nouvelle forme d’ethos pour François Hollande, qui acquiert un autre statut en tant que président en exercice qui ne se représente pas et qui n’aura donc effectué qu’un seul mandat.

Ces résultats permettent également de remarquer que François Hollande considère ce discours dans un sens quelque peu différent que celui qui est traditionnellement attribué aux vœux du Nouvel An : si l’on en croit la base TLFI, il semblerait en effet que l’on s’éloigne des « souhaits que l’on adresse à autrui, dans diverses circonstances, à l’occasion du Nouvel An, d’un événement important », pour rejoindre la définition, liée à un contexte officiel ou administratif, de « Volonté, prescription exprimée par une autorité ».

François Hollande livrerait donc, en quelque sorte, ses dernières volontés en tant que président – ce qui devrait théoriquement conférer à ses vœux une efficacité supérieure aux simples souhaits traditionnellement adressés aux Français.

The Conversation

Julien Longhi, Professeur des universités en sciences du langage, Université de Cergy-Pontoise

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Performativité et performance du discours politique de François Fillon

Julien Longhi, Université de Cergy-Pontoise

Dans le cadre du projet #Idéo2017, nous cherchons à mettre en place un outil d’analyse des tweets politiques liés aux campagnes électorales. Afin de choisir les bons outils, indicateurs, critères, etc., un travail sur différents corpus (mise en forme de données structurées) est nécessaire. L’équipe en charge de l’acquisition des tweets, des bases de données, et de la structuration produit donc des échantillons sur lesquels je peux travailler.

Prédire rétrospectivement ?

Après avoir mené une courte analyse sur les sept candidats à la primaire de droite, j’ai choisi de considérer le résultat de ce scrutin, et de tenter de chercher à faire émerger ce qui pourrait expliquer les résultats, afin notamment de pouvoir avoir un regard prédictif sur de prochains résultats.

Bien sûr, cette prédiction est virtuelle, et intéressante seulement sur le plan théorique et méthodologique. Mais face aux difficultés des sondeurs, et pour essayer de décrire l’efficacité, voire la performativité des messages, je me suis intéressé spécifiquement à François Fillon et Alain Juppé, avant le premier tour de la primaire de la droite et du centre, et à l’entre-deux tours. J’ai donc repris les sous-corpus Juppé et Fillon de ma précédente étude (200 tweets au 10 novembre), et j’y ai ajouté l’ensemble des tweets publiés entre les deux tours.

Il ressort des analyses statistiques de ces corpus des profils de candidats très différents, ainsi que des stratégies d’entre-deux tours très significatives.

François Fillon : l’affirmation de valeurs et le maintien d’une posture idéologique forte

Si on regarde les tweets du compte de François Fillon avant premier tour, avec l’analyse Alceste proposée dans le logiciel Iramuteq, on repère des thématiques liées au besoin de changement économique, aux valeurs, à l’immobilisme et à la défaite des sondages suite à l’élection du Trump :

Author provided
Author provided

En regardant notamment de plus près le détail de la classe 6, on peut générer un nuage de mots spécifique de cette classe, qui permet de caractériser l’idéologie du candidat :

L’affirmation de certaines valeurs, et le besoin de changement, sont les thèmes forts du candidat. En reprenant les tweets du compte de François Fillon entre les deux tours, on retrouve ces marqueurs, affirmés et accentués, comme dans la classe 4 du dendrogramme suivant, avec des verbes comme redresser, changer, des termes comme vérité et radical qui caractérisent son projet :

Author provided
Author provided

En regardant plus précisément la classe 4, on reconnaît encore les éléments caractéristiques, parfois lexicalisés différemment, mais qui témoignent de la même idéologie du redressement, du changement, et de la radicalité de ce changement :

Il s’affirme alors un profil politique et idéologique tranché, et continu, qui peut expliquer la diffusion des idées de ce candidat dans l’électorat. En effet, le discours politique n’est pas seulement à concevoir comme une prise en compte des aspirations des électeurs, il est aussi performatif, au sens où il constitue une certaine réalité, dans laquelle les citoyens peuvent se reconnaître même s’ils n’étaient pas initialement destinés à l’être.

Le profil discursif d’Alain Juppé est radicalement différent : peu impliqué avant le premier tour, il subit ensuite le choix des thèmes, ne pouvant se poser qu’en s’opposant.

Alain Juppé : d’un discours peu engagé à un profil d’opposant

Si on regarde les tweets d’Alain Juppé avant 1er tour, on constate, en dehors des éléments contextuels (aj2017, ajpourlafrance), des termes génériques tels que liberté, homme d’état, débat, primaire, etc :

Author provided
Author provided

Le discours d’Alain Juppé sur Twitter est donc relativement phatique, au sens où il sert à créer ou maintenir un contact, sans pour autant constituer un message politique, tel que cela a été vu chez François Fillon. Le nuage de mots de la classe 2 illustre bien ceci :

Entre les deux tours, alors que François Fillon maintenait sa stratégie en la « musclant » davantage, Alain Juppé adopte une autre posture. On retrouve certes les mêmes éléments contextuels, mais les thématiques politiques sont plus nombreuses, et liées aux propositions de François Fillon : la réforme de l’assurance maladie, la baisse des effectifs dans la fonction publique (dont les policiers) et le droit à l’IVG :

Author provided
Author provided

Le nuage de mots de la classe 3 est très emblématique de cela, puisqu’il montre que le temps de travail, la fonction publique, les contrats, c’est-à-dire tout ce qui constitue l’ADN du programme de François Fillon, est repris par Alain Juppé :

Aussi, au regard de l’analyse des tweets, et de leur visualisation, deux attitudes, et deux profils différents, ressortent, qui indiquent non seulement la ligne idéologique et la stratégie politique, mais aussi la force du discours, qui peut revêtir, comme je l’ai dit, une dimension performative. En effet, comme l’écrit Georges-Elia Sarfati :

« toute intervention critique sur le réel (ainsi constitué) relève prioritairement d’une intervention critique sur la réalité discursive et sémiotique ».

En d’autres termes, modifier la réalité telle qu’elle est perçue, est prioritairement affaire de discours : par le maintien d’une stratégie cohérente basée sur des discours qui martèlent les mêmes éléments, François Fillon contribue à l’affirmation d’une idéologie qui devient une grille de lecture pour son électorat. Dans ce cas donc, « l’idéologie est un système global d’interprétation du monde historico-politique » (R. Aron, Trois Essais sur l’âge industriel), mais également « a pour fonction de donner des directives d’action individuelle et collective » (M. Rodinson, Sociologie marxiste et idéologie marxiste). Cette stratégie a aussi permis à François Fillon de prendre la main sur le débat, en contraignant son adversaire à venir sur son terrain.

Si la performativité des discours ne se mesure pas comme les sondages peuvent mesurer l’opinion des électeurs, sa caractérisation, même qualitative (et non quantitative) par le repérage de certaines tendances discursives, peut être un élément à prendre en compte. De prochains travaux tenteront donc de distinguer plus précisément cette performativité, voire de la « mesurer », notamment au regard de la sémantique des discours (références, catégories, scénarios).

The Conversation

Julien Longhi, Professeur des universités en sciences du langage, Université de Cergy-Pontoise

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

L’ethos complexe de Manuel Valls dans sa déclaration de candidature

Julien Longhi, Université de Cergy-Pontoise

Parfois désigné comme responsable de la fracture avec les frondeurs, parfois jugé trop libéral, ou trop « sécuritaire », Manuel Valls a dû, en un discours, se construire une identité de « présidentiable » et véhiculer ainsi les valeurs de son camp, tout en anticipant sur d’éventuelles polémiques.

Ethos et brouillage médiatique

Cette déclaration, reprise sur les réseaux sociaux dont Twitter, peut s’analyser au prisme du concept d’ethos. L’ethos est l’image que le sujet donne de lui dans le discours. Il confère une forme d’autorité qui contribue à asseoir l’argumentation dans le discours. Cette image peut être antérieure à la prise de parole, ou se construire dans le discours.

Andrée Chauvin-Vileno explique que l’ethos « repose, pour une part, sur un savoir préalable des interlocuteurs sur la vie, le caractère, les actions du locuteur, et que ce savoir préalable confère ou non du poids au discours, conditionne la réception. » Ce premier type d’ethos est dit prédiscursif, alors que l’ethos discursif se fonde sur la confiance inspirée par l’orateur par l’effet du discours.

L’influence des deux ethos peut se combiner dans les situations concrètes et avoir un degré de pertinence variable selon les types de locuteurs. À propos des personnalités politiques, Chauvin-Vileno indique que leurs images créées par la presse, la radio, etc. sont toujours produites et prises dans un circuit médiatique – ce qui brouille le rapport entre le savoir préalable que l’on peut avoir sur la personnalité en question et son discours.

Aussi, dans sa déclaration, nous pouvons faire l’hypothèse que Manuel Valls essaye de construire une image cohérente avec les ambitions qui sont les siennes : sens du collectif, refus du programme de la droite avec une lecture résolument socialiste, lutte contre le déterminisme, rassemblement, et même écho à un slogan de l’extrême gauche pour étendre son discours aux électeurs auparavant hostiles.

Une relecture du quinquennat en cours

Pour légitimer sa candidature tout en ne souffrant pas de critiques possibles sur le bilan du gouvernement, Manuel Valls s’emploie à donner du sens à son rôle :

Aussi, ce qui pourrait lui être reproché (notamment par des candidats à la primaire qui ont quitté le gouvernement) prend ici le sens d’une loyauté et d’une solidarité, par l’emploi du terme collectif. Il emploie d’ailleurs comme un slogan le hashtag #CeQuiNousRassemble dans le tweet ci-dessous :

https://twitter.com/manuelvalls/status/805829891916791808/photo/1

Avec ces éléments de langage, et notamment les termes de « collectif » et de « ce qui nous rassemble », Manuel Valls dissocie sa personne des actions passées, les construit de manière impersonnelle et tente ainsi de s’extraire des critiques possibles en misant sur la non-dissociation possible entre lui et l’ensemble, et les qualités que cela lui attribue (le sens du collectif).

Un candidat autodésigné ?

Manuel Valls s’affiche aussi en opposant à François Fillon : il s’auto-institue ainsi à la même place que son rival, et s’octroie symboliquement au moins le statut de représentant de la gauche.

Ceci se manifeste linguistiquement par l’emploi récurrent de « Je veux » et surtout « Je ne veux pas » comme dans les messages suivants :

Par rapport à l’esquive des critiques possibles, où son identité était fondue dans le collectif, il souhaite ici incarner le leader de la gauche, et s’opposer au programme du candidat de la droite.

Pour cela, il reprend de manière efficace certains marqueurs de la gauche.

S’inscrire dans une mémoire de la gauche

Le premier marqueur fort est le rejet d’un certain déterminisme, qui renvoie ici au résultat de l’élection présidentielle, mais qui fait sens, d’une manière plus large, aux valeurs prônées par la gauche sur l’ascenseur social. Avec le hashtag #RienNestEcrit, il extrait un élément électoral assez simple pour en faire une valeur de son discours :

Cette opposition à une forme de déterminisme est reprise dans l’écho qui est fait à un ancien slogan du NPA, lorsqu’il dit :

En effet, on peut entendre ici un écho à « Nos vies valent plus que leurs profits », où le « plus » est remplacé par un « mieux », et « profit » par « pronostics ».

Il compte ainsi non seulement déjouer les pronostics faits par les journalistes et commentateurs politiques, mais aussi s’insérer dans un imaginaire de gauche, où la vie est mise au premier rang, avant l’argent. Mais aussi les échanges de ce que certains appellent la sphère médiatico-politique, dont le rejet a été mis en lumière lors de l’élection de Donald Trump puis la victoire de François Fillon à la primaire de la droite et du centre (avec des interprétations divergentes bien sûr selon les camps politiques).

On le voit, ce discours, repris en quelques tweets, est instructif pour analyser la stratégie de Manuel Valls : dans une mise en histoire de son identité – certains parleraient probablement (peut-être abusivement) de storytelling –, il se constitue une personnalité solidaire qui a le sens du collectif, mais qui s’auto-institue comme l’opposant à la droite, en prônant des valeurs de gauche. En se présentant comme un rassembleur, il égratigne également implicitement ses adversaires, soit pour leur sens du collectif, soit pour leur incarnation des valeurs de la gauche.

Les semaines à venir nous diront si cette stratégie de constitution d’un ethos discursif, qui réécrit en quelque sorte l’ethos prédiscursif, fonctionne, et si les discours modèlent réellement les connaissances antérieures plus ou moins stabilisées que l’on a sur telle ou telle personnalité, au point de les modifier. C’est plus largement l’ambition du projet de recherche #Idéo2017, dont l’objectif est de repérer et cartographier les stratégies discursives lors de la prochaine élection présidentielle.

The Conversation

Julien Longhi, Professeur des universités en sciences du langage, Université de Cergy-Pontoise

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.